23 Mar« Un seul être vous manque, et tout est dépeuplé »

Il y a un mois, mon père est diagnostiqué un cancer de l’oesophage. En plus de sa maladie de Parkinson qu’il traîne depuis un peu plus de 10ans. Il a perdu beaucoup de poids, une vingtaine de kilos…. il est très faible, n’envisage plus de se nourrir, n’a plus de forces, sauf de me sourire et d’ouvrir les yeux en me voyant entrer dans sa chambre d’hôpital.

Jeudi 17 Mars, 5h35, il décède. J’ai eu la chance de l’accompagner durant toute cette semaine, de lui tenir la main, de lui caresser le bras, l’épaule, la joue, le front, de l’embrasser et de recevoir des bisous, de pleurer avec lui et tous les deux, oui, on a pleuré, il m’a dit juste ce mot « Allez…. » et j’ai compris, c’était fini.

J’étais là et avec lui.

Au revoir Papa.

PS: Merci aux infirmières du Service cancer, hospitalisation de longue durée de la Pôliclinique Sainte Côme de Compiègne. 2è étage, à gauche, chambre 277P, de vous être si bien occupées de mon Papa, je vous l’ai déjà dit et je vous le répète, continuez de chanter dans les couloirs, il avait beaucoup apprécié (et moi aussi).

Comments are closed.